Ceux qui ont abjuré l’islam, eux aussi, s’organisent

Ils, et surtout elles, parlent au nom de ces musulmans d’Allemagne ayant perdu la foi, dénonçant un archaïsme intrinsèque à l’islam. Et accusent les autorités allemandes de fermer les yeux au nom du respect des cultures sur certaines dérives des disciples d’Allah.

« Il ne faut pas oublier que seule une partie des 3,4 millions de citoyens vivant en Allemagne et communément présentés comme musulmans est véritablement croyante », relève Arzu Toker, vice-présidente du Conseil central des ex-musulmans, fondé cet hiver. « De nombreux soi-disant musulmans sont areligieux ou seraient en tous cas partisans d’une séparation conséquente entre religion et politique », dit cette femme d’origine turque.

Pour elle, c’est « tout bonnement une aberration » que le gouvernement allemand considère le « Conseil de coordination » de l’islam (KRM), où siègent essentiellement des organisations conservatrices, comme son interlocuteur privilégié.

Agée d’une cinquantaine d’années, Arzu Toker, qui a fui sa Turquie natale en 1974, a fondé début 2007 avec l’Iranienne Mina Ahadi le Conseil central des ex-musulmans, appelé ainsi en allusion au Conseil central des musulmans en Allemagne, l’une des associations représentatives de la communauté, qui siège au KRM.

« Nous voulons nous immiscer dans la politique, nous battre contre le voile, la construction de mosquées en Allemagne, le crime d’honneur et la lapidation », dit Mme Ahadi, dont le mari est mort exécuté par le régime des mollahs.

Elle-même, une militante communiste refusant de porter le voile, a vécu dans la clandestinité à Téhéran, avant de s’enfuir en Allemagne où elle vit depuis 1996.

« L’islam, fondamentalement, méprise l’être humain et la femme », affirme-t-elle sans ambages.

Mais ce discours du Conseil central des ex-musulmans, qui ne compte que 400 membres, n’enthousiasme pas tout le monde.

Cela ne fait qu’attiser l' »islamophobie », juge la députée d’origine turque Lale Akgün, chargée des questions d’islam auprès de la fraction sociale-démocrate du Bundestag allemand. « Pourquoi avons-nous besoin d’une association particulière pour des athées d’origine musulmane? », s’interroge-t-elle.

Paru dans le journal « La Croix », le 30 avril 2007. (L’article n’est plus en ligne)

Publicités
Publié dans Non classé. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Ceux qui ont abjuré l’islam, eux aussi, s’organisent
%d blogueurs aiment cette page :